L'écho du silence

La vie et son tapage
Dans le flot de nos veines
Nos abus de langage
Et le bruit de nos chaînes

Nos paroles en l’air
Nos colères, nos liesses
Tous nos avis contraires
Et nos belles promesses

L’envers des apparences
Et l’écho du silence

Le staccato des armes
Et la loi du commerce
Le vacarme des larmes
Et nos joues sous l’averse

Cette langue de bois
Jouant avec le feu
Le pétard que voilà
La bombe qui fait mieux

La vie quand on y pense
Et l’écho du silence

Nos heures au téléphone
Nos pudeurs en sourdine
L’importance qu’on se donne
Nos blagues pas très fines

Nos dialogues de sourds
L’écho des langues mortes
Nos roul’ments de tambours
Nos claquements de portes

Nos appels en absence
Et l’écho du silence

Les olé ! Les olas
Et tous nos jeux du cirque
Nos branl’-bas de combat
Nos fanfar’s et nos cliques

Nos brillants monologues
Nos alarmes, nos peurs
Et les idées en vogue
Que l’on reprend en  chœur

Le poids de l’ignorance
Et l’écho du silence

Comme une fleur éclose
Au milieu du tumulte
L’essence d’une rose
Sur une terre inculte

Il y a cet instant
Sans rien, sans importance
Où le temps prend son temps
Dans l’écho du silence

La belle inflorescence
De l’écho du silence

Philippe Thivet
(05/08/2015)

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×