Le ventre des filles

Il s’y passe des choses
Qu’on imagine à peine
Pour le peu que l’on ose
En effleurer les veines

Qu’on sache d’où l’on vient
Au bord des eaux profondes
Mais c’est toujours en vain
Qu’on veut refair’ ce monde

Bons qu’à jouer aux billes
Loin du ventre des filles

Troussant un peu l’étoffe
Par un courant d’air chaud
L’heur’ du printemps nous offre
Ce sourire de peau

Le secret mis à nu
A nos yeux de passants
D’un nombril inconnu
Que caresse le vent

Et le soleil qui brille
Sur le ventre des filles

Qu’on y pose la main
Comme en terre inconnue
Ce frisson qui nous vient
Nous a déjà perdus

C’est au bout de nos doigts
A nous donner la fièvre
Le toucher de la soie
Qui appelle nos lèvres

Et le cœur part en vrille
Pour le ventre des filles

Le soyeux d’une rose
Dans le creux de nos paumes
Quand notre âme s’y pose
Intruse en ce royaume

On y sait des secrets
On y rêve d’amour
On ne reste à jamais
Que des garçons balourds

Chiens dans un jeu de quilles
Sur le ventre des filles

C’est l’écho d’une ruche
Par un matin d’été
Qui gonfle la baudruche
De la maternité

J’y ai collé l’oreille
Juste avant que tu naisses
Tout un essaim d’abeilles
Butinait ma princesse

Au chaud dans ta coquille
Dans ce ventre de fille

Philippe Thivet
  (04/11/2016)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×