Mon sexe

Vos yeux se posent sur mon jean
En interrogeant le relief
Et pieusement s’imaginent
Le Jésus dormant dans la nef

S’il faut nommer un chat un chat
Parlons de la chose en question
Mon sexe jouant les pachas
Dans les plis de votre attention

S’il n’est qu’un petit bout de chair
Il peut bien se gonfler d’orgueil
Dans le secret de ce boxer
Tout en vous épiant d’un œil

Traitons le sujet sans complexe
Mon sexe

Lui si souvent la tête basse
Sait tout à fait se montrer fier
Trouvant dans une idée qui passe
Quelques fantasmes incendiaires

Et une main sous le tissu
Où il convient de le cacher
Du bout des doigts trouvant l’issue
N’est pas non plus pour le fâcher

Sous la toile dressant son dôme
Il va défiant la pesanteur
Et s’il ronronne en votre paume
Sachez prodiguer vos douceurs

Quand se dresse dans un réflexe
Mon sexe

Doigt de velours en gant de peau
Il est moins dur qu’on peut le croire
Hissant sa hampe de drapeau
La tendresse est son territoire

Ouvrez donc la cage à l’oiseau
Clin d’œil à celui que l’on sait
Voyez-le pointer son museau
Se libérant de son corset

Regardez-le se découvrir
Pour vous saluer au passage
Peut-être aussi pour mieux s’offrir
A vos caresses pas très sages

Belle façon d’ mettre à l’index
Mon sexe

Non, ce piton veiné de bleu
Fièrement dressé dans l’azur
N’a rien de la tête de nœud
Qu’on se balance comme injure

Un sculpteur maniant la gouge
Semble avoir dessiné la courbe
De ce sommet de terre rouge
S’humidifiant comme la tourbe

Que l’on puisse le trouver beau
Ne retire rien à sa gloire
Il peut bien se montrer cabot
Si l’on se mire en son miroir

Etincelant tel un silex
Mon sexe

Il se pourrait bien que vos lèvres
Soudain le mettent en émoi
Sachez entretenir sa fièvre
Sous quelques frôlements de soie

Sachez le fair’ baver d’envie
En en titillant les veinures
Vous y apprendrez que mon vit
Aime le plaisir quand il dure

Lubrifiez-en les rouages
Quand sonne midi au cadran
Aux bonnes mœurs faisant outrage
Il darde son œil pénétrant

A nu ou gainé de latex
Mon sexe

Enfournez-le où bon vous semble
Au confluent de nos désirs
Et ressentez comme il en tremble
A cette idée de se conjouir

Ecoutez ce volcan qui gronde
Aux soubresauts battant ses flancs
Avant que sa lave n’inonde
Retenez-le dans son élan

S’il doit aller semer au vent
Au geste auguste de vos doigts
Il voudra savourer avant
Votre plaisir comme il se doit

Prenant sa source en mon cortex
Mon sexe

Et s’il aime à se prendre au jeu
C’est pour mieux y perdre sa mise
Quand le plaisir est un enjeu
Que chacun partage à sa guise

Ne le cherchez pas sur YouPorn
Il se veut bien plus qu’une bite
Et s’il peut dépasser les bornes
C’est en jouant les sybarites

Pour quelque fruit à fair’ juter
Au plaisir allumez ce cierge
Sur l’autel de la volupté
A Vénus, Onan ou qui sais-je

Tant pis s’il vous laisse perplexe
Mon sexe

Philippe Thivet
(18/02/2018)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×