Au bal des revenants

Revenu d’outre-rien ou d’un trou de mémoire
J’ai reçu votre appel des confins de l’oubli
Et vous y évoquez l’envie de nous revoir
Le souvenir sépia de ce qui nous relie

Il y a bien longtemps que j’attendais un geste
J’en ai tout oublié de ce que nous étions
L’ancien temps est passé sans demander son reste
A quoi bon à présent lui porter attention?

Je n’irai pas danser au bal des revenants
Sourires d’apparat, souvenirs en bataille
Les « tu n’as pas changé », le reste à l’avenant
Je ne serai pas l’hôte de nos retrouvailles

Si la vie en passant nous a laissés pour morts
Ne feignons l’ignoranc’ de nos désaffections
Le cœur a ses raisons, et chacun a ses torts
Je ne mise pas cher sur nos résurrections

La vie parfois se joue à détisser les liens
Sans qu’on sache pourquoi le tissu se distend
Voyez à contrejour qu’il n’en reste plus rien
Que pourrait y blottir la remontée du temps?

Je n’irai pas danser au bal des revenants
Sourires d’apparat, souvenirs en bataille
Tous les « que deviens-tu? », le reste à l’avenant
Je ne serai pas l’hôte de nos retrouvailles

Tous les perdus de vue n’y peuvent pas grand-chose
Chaque jour en absenc’ nous éloigne d’un pas
Comme a dit la chanteuse avisant une rose
Que tout le temps perdu ne se rattrape pas

Qu’aurions-nous à nous dir’ que nous avions pas su?
Quel impérieux besoin de rejouer l’histoire?
Puisque le temps toujours s’écoule à notre insu
Les remords, les regrets, n’y ont plus rien à voir

Je n’irai pas danser au bal des revenants
Sourires d’apparat, souvenirs en bataille
Notre décrépitude, et tout à l’avenant
Je ne serai pas l’hôte de nos retrouvailles

Juste un peu trop vivant pour jouer les zombies
Faites tourner les tables quand je serai mort
J’aurai peut-être alors ce genre de lubie
De revenir un peu pour rigoler encore

Philippe Thivet
(04/04/2017)

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×