Paris village

- Moi le Paris de ma jeunesse
C’était Montmartre et les Abbesses
Au coin le marchand de couleurs
Le chocolat de mes quatre-heures

 - Moi le Paris de mon enfance
Est sur le skate où je m’élance
Au flou des brumes du périph’
Dans les graffs que parfois je kiffe

 Paris-Paname est un village
Qui ne fera jamais son âge
Paris-Paname est un pat’lin
Brillant dans nos yeux de  gamins

 - Moi le Paris que j’ai connu
Chantait encore au coin des rues
Pour le trésor d’une écorchure
Un terrain vague à l’aventure

- Moi le Paris que je connais
Rappe à tue-gorge sur les quais
Et j’y navigue certains jours
Sur le bassin du Luxembourg

Paris-Paname est un village
Qui ne fera jamais son âge
Paris-Paname est un pat’lin
Brillant dans nos yeux de gamins

 - Moi le Paris qui m’ensorcèle
Brill’ dans le ciel bleu des marelles
Au tiercé des chevaux de bois
Sur les carrousels d’autrefois

 - Moi le Paris qui me dépasse
Gratte le ciel à Montparnasse
Et son miroir aux alouettes
Brill’ sur l’écran de nos tablettes

 Paris-Paname est un village
Qui ne fera jamais son âge
Paris-Paname est un pat’lin
Brillant dans nos yeux de gamins

- Moi le Paris que je préfère
S’essouffle dans son limonaire
Cette ville dont je rêvais
Est en bouteille à mon chevet

 - Moi le Paris de mon histoire
Fleurit encore dans les squares
Le tram y traîne sa chenille
Entre les arbre(s) et les brindilles

Paris-Paname est un village
Qui ne fera jamais son âge
Paris-Paname est un pat’lin
Brillant dans nos yeux de gamins

 Nous le Paris que nous aimons
Fait chanter les générations

 Philippe Thivet
  (24/01/2013)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site