Wolfy

Autriche

C’était Salzbourg bien sûr un jour d’hiver
Troisième étag’ derrièr’ cette fenêtre
Dans la belle Maison Hagenauer
Le grand Amadeus venait de naître

 On en aura tant dit
Sur l’enfance de l’art
Déjà tes premiers cris
Etait-ce du Mozart ?

 C’était des premiers pas dans le salon
Funambule comme une fausse note
Entre le clavicorde et le violon
Wolfy riant de toute une quenotte

 On a tant dit déjà
Sur l’enfance de l’art
Le rythme de tes pas
Etait-ce du Mozart ?

 C’était un sac de bill’s dans l’escalier
Le roul’ment de timbales sur le sol
Des noires et des blanch’s éparpillées
Wolfgang Amadeus qui en rigole

 On en a dit si peu
Sur l’enfance de l’art
Déjà tes premiers jeux
Etait-ce du Mozart ?

 C’était bien sûr un caprice de gosse
Des reniflements, des cris et des pleurs
Le lamento en ré pour plaies et bosses
Et le grand Amédée dans sa fureur

 On a tant  dit déjà
Sur l’enfance de l’art
Mais ce lacrimosa
Etait-ce du Mozart ?

 C’était peut-être encore un jour de pluie
Des mains d’enfant perdues sur un clavier
Deux doigts à pein’ qui trompaient leur ennui
Le grand Wolfgang sur la pointe des pieds

 On a tant d’anecdotes
Sur l’enfance de l’art
Déjà tes premièr’s notes
Etait-ce du Mozart ?

 C’est tout Salzbourg fêtant l’enfant prodige
En mug, en bib’lot, en jeux, en bonbon
De ces statues en toc que l’on érige
Même la Marche turque en carillon

On aura tant parlé
De l’enfance de l’art
Mozart en porte-clés
Est-ce encor’ du Mozart ? 

Philippe Thivet
(26/11/2014)

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×