Une Bretagne qui se peint

Des bateaux et des rochers posés sur l’eau
Comme dans un tableau
La peau nue d’une baigneuse, un grain de sel
Comm’ dans une aquarelle
Un grand cerf-volant plié sans vent qui porte
Comme nature morte

Simple dimanche
En bord de Manche
Sur la palette des chemins
D’une Bretagne qui se peint
Simple dimanche
En bord de Manche

Des lèvres au jus de mûr’s, baiser qui tâche
Comme sur une gouache
Des cris et des jeux d’enfants qui se bousculent
Tout comme à la spatule
A peine un soupçon de blanc au bleu du ciel
Comme un dessin pastel

Simple dimanche
En bord de Manche
Sur la palette des chemins
D’une Bretagne qui se peint
Simple dimanche
En bord de Manche

Le bestiaire à fleur de ciel du granit rose
Comme prenant la pose
L’éclat gris d’une chapelle et sa fontaine
Tell’s qui faut qu’on les peigne
Dans l’azur à peine une ombre qui survient
Comme mouette au fusain

Simple dimanche
En bord de Manche
Sur la palette des chemins
D’une Bretagne qui se peint
Simple dimanche
En bord de Manche

Le soleil d’un peu de bleu qui fait du vert
Comme on peindrait la mer
Cette fleur d’ajonc bravant déjà l’automne
Le peintre en fait des tonnes
Le pinceau d’une fougère à ce portrait
Sans trop forcer le trait

Simple dimanche
En bord de Manche
Sur la palette des chemins
D’une Bretagne qui se peint
Simple dimanche
En bord de Manche

Philippe Thivet
(GR34, 09/2015)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×