Armor

Si les gens par ici
Connaissent bien la mer
Ils en savent le prix
Des éprouvants hivers

La tempête a charrié
Ses tomb’reaux de cailloux
Eux, comptant les marées
Ils encaissent les coups

Le vent qui chante au loin
Parfois, sonne le glas
Et l’on sait des marins
Qui n’en reviennent pas

Le peintre à bout de bras
Esquisse le tableau
Mille gris à la fois
Dans sa peinture à l’eau

Si les gens par ici
Connaissent bien l’Armor
Ils savent la furie
Cachée sous l’eau qui dort

Tant de débris de coques
Echoués au creux des criques
A travers les époques
L’ont connue colérique

Et hurlant à la lune
Les écueils à l’affût
Crocs ruisselant d’écume
Ajoutent au raffut

Le ciel en prend sa part
Dans ce tableau vivant
Quand le bleu vire au noir
Sous le pinceau du vent

Si les gens par ici
Connaissent bien la mer
Ils en savent les cris
Et les vertes colères

Les vagues sont venues
Ici se mettre à table
Les rochers sont à nu
Sans leur pagne de sable

Et la petite plage
Pudibonde aux vents fous
S’est retirée, bien sage
Loin de nos soirs si doux

L’équinoxe a pointé
Ses grands ciseaux de sel
Pour venir découper
La côte de plus belle

Si les gens par ici
Connaissent bien la mer
Ils en savent le prix
Des beautés éphémères

 à Anne et Jean-Yves, "port-neufas" du Léon…

Philippe Thivet
(14/03/2016)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×