Traction 1939

 


(d'après une photographie de Félicien Michaut)

Au bout d'un chemin communal,
Témoin déchu des heur's anciennes,
Mi-mécaniqu', mi-végétale,
Gît une vieille Citroën.

Une Traction dans la forêt,
Si loin de son année trent'-neuf
Et des regards qu'elle incendiait
De tous ses chromes flambant neufs.

Des herbes foll's dans sa calandre,
Des bras de lierr' sur ses rondeurs,
Un phar' qui ne fait plus que pendre,
Et tell'ment d'histoir's au compteur.

Quels que soient nos peurs et nos doutes,
De chemins creux en grandes routes,
Mêm' les épav's ont une histoire,
Encor' faut-il vouloir les voir.

La dam' dans son manteau de rouille
Renferme un peu de son mystère,
Que l'imagination y fouille
Et l'on repart en marche arrière.

Tableau de bord en bois de ronce
La bell' n'a pas perdu son âme,
Regardez-la déjà qui fonce
Sur ses mémoir's de macadam.

Est-ce elle ou le soleil qui brille ?
Quand ell' s'en va, noire et superbe,
Pour un beau dimanche en famille
Vers quelque déjeuner sur l'herbe.

Quels que soient nos peurs et nos doutes,
De chemins creux en grandes routes,
Mêm' les épav's ont une histoire,
Encor' faut-il vouloir les voir.

Si les essieux ont touché terre,
Réinventant son heur' de gloire,
Son moteur bat pour un gangster
Comme à l'affiche d'un film noir.

Les éclats de la guerre emplissent
Son réservoir qui sonne creux
Lorsque la nuit se fait complice
De ses virées au couvre-feu.

Pour un été petit-bourgeois,
Chargée de bagag's et d'enfants,
Entendez donc ces cris de joie
Qu'elle emporte vers l'océan.

Quels que soient nos peurs et nos doutes,
De chemins creux en grandes routes,
Mêm' les épav's ont une histoire,
Encor' faut-il vouloir les voir.

Au bout d'un chemin communal,
Témoin déchu des heur's anciennes,
Mi-mécaniqu', mi-végétale,
Gît une vieille Citroën.

Des herbes foll's dans sa calandre,
Des bras de lierr' sur ses rondeurs,
Un phar' qui ne fait plus que pendre,
Et tell'ment d'histoir's au compteur.

Sans doute ses plus beaux voyages,
Les a-t-ell' faits dans ce bosquet
Aux mains des gosses du village,
Qui la conduisaient en secret.

Philippe Thivet
(26/11/2001)
Musique: Ivan Malherbe

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×