L’avenir des statues

(Titre d’après une œuvre de René Magritte)

 La ville est habitée
D’illustres inconnus
Dont les noms sont cités
Au long des avenues

 Silhouett’s imposantes
Au détour d’un trottoir
Leurs monuments se plantent
Dans nos trous de mémoire

 L’avenir des statues
Est à l’anonymat
Quand leur bronze abattu
Baisse déjà les bras

 Il était un grand homme
Personnage notoire
Sa statur’ nous étonne
A l’entrée du vieux square

 Mais à un jet de pierre
Qui se souvient de lui ?
Il combat solitaire
Quelques larmes de pluie 

 L’avenir des statues
Lui nous laisse de marbre
L’oubli se perpétue
A l’ombre des grands arbres

 Ici l’on déboulonne
Là on refait l’histoire
Les héros qui claironnent
Peuv’nt aller se fair’ voir

 Et sur ce piédestal
Où les siècles pavoisent
Pour le prix du métal
On efface l’ardoise

 L’avenir des statues
Ne donne pas bien cher
De ces nobles vertus
Investies dans la pierre

 Peut-être un point de rouille
Au front de leur orgueil
Et les cartes se brouillent
L’éternité les cueille

 Ce n’était que du sable
Dans les mains du statuaire
La gloire est périssable
Il faudra bien s’y faire

 L’avenir des statues
Se nourrit de nos chairs
Leur souffle s’évertue
Sur nos ail’s d’éphémères

 Les lèvres des statues
Nous confient leurs adieux
Le sculpteur nous salue
Il a fait de son mieux

 Philippe Thivet
(05/04/2012)

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×