Demain, dans cent ans

Et dans cent ans quand nous serons morts,
Qu'y aura-t-il à notre place ?
Un arbre là, peut-être encore,
Qui nous aura un jour connus ?

Qu'y aura-t-il dans ce décor
Lorsque nous n'y serons plus ?

Que rest'ra-t-il de nos efforts
Lorsque la terre ne jouera plus,
Que sur nos os fragil's encore,
A corps perdu ?

Ces quatre murs où l'on vivait,
Seront-ils ruin's quoi qu'on en dise ?
Cette planète ou l'on tournait,
Sera-t-elle bleue, sera-t-elle grise ?

Et dans cent ans quand nous serons morts,
Qu'y aura-t-il à notre place ?
Une photo de nos vieux corps
Au rir' jauni pour seul message ?

Qu'y aura-t-il dans ce décor
Lorsque, bien loin notre passage ?

Que rest'ra-t-il de nos remords
Lorsque le temps tourn'ra la page,
Que notre histoir' fragile encore,
Fera son âge ?

Ce sablier où l'on dansait,
Sera-t-il plage aux mortes eaux ?
Ce lit d'étoil's où l'on s'aimait,
Sera-t-il cendre où bien berceau ?

Et dans cent ans quand nous serons morts,
Qu'y aura-t-il à notre place ?
Une épitaph' vantant nos scores,
Début et fin de la partie ?

Qu'y aura-t-il dans ce décor
Lorsque notre âm' sera sortie ?

Que rest'ra-t-il de nos aurores
Lorsque la chos' s'ra établie,
Que nos espoirs fragil's encore,
Plaid'ront l'oubli ?

Demain, dans cent ans.

Philippe Thivet
(01/07/1998)

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×